Chez Père Chapi

Un blog d'un mec un peu aigri à la recherche du temps perdu

GIGANT – Le nouveau GANTZ ?
Japon, Manga / Anime

GIGANT – Le nouveau GANTZ ?

GIGANT est donc la nouvelle série du papa de GANTZ (Hiroya Oku) et après un premier tome qui s’est pas trop mal vendu dès la première semaine de parution (35 000), ce manga a mérité mon intérêt et après avoir lu le premier tome, voici mes premiers retours.

Le pitch

Rei Yokoyamada, jeune branleur de 16 ans aimerait suivre les traces de son père, cinéaste reconnu. Pour cela, Rei cherche à tourner un court métrage pour un festival du film et percé sur Youtube. Après s’être fait envoyer chier par sa camarade de classe, Rei part la queue entre les jambes et se retrouve nez à nez devant des affiches annonçant que la pornstar Papico (JAV métis dont Rei est fan) habite dans le coin. C’est à ce moment que Rei rencontre par pur hasard Papico (Chiho Johansson) dans la rue, et finissent par devenir ami en échangeant via smartphone (les téléphones à clapet ayant définitivement disparu au Japon contrairement au fax).

Leur relation va prendre un tournant lorsque Papico trouve un clodo à moitié mort en slip dans la rue. Malgré son aide, clodo l’inconnu meurt en se transformant en poupée tout en laissant un mystérieux DVD et Papico se retrouvant avec un étrange appareil implanté dans le bras, appareil qui lui permet de se transformer en géante (je vous laisse deviner la première utilisation qui en serait fait…).

Avis

Nouveau manga de Hiroya Oku après le succès plus que mitigé d’Inuyashiki, Oku reviens au source de ce qui a fait son succès (à savoir Gantz), on se retrouve donc avec un subtil mélange de tranches de vie japonaise, de SF bien chelou et bien sûr du sexe à petite dose (histoire de tenir le chaland otakiste en haleine)

Le coup de crayon d’Oku est tout de suite reconnaissable, plutôt fin, agréable et détaillé, j’apprécie particulièrement ce côté « naturel » du dessin (sauf peut-être pour l’anatomie féminine souvent disproportionné à la sauce Hentai mais bon, Oku sait que son lectorat en redemande donc…)

Quelques chapitres suffisent à rentrer dans l’histoire, notamment en positionnant 2-3 personnages clefs et en calant une intrigue où on ne comprend pas grand-chose mais qui attise quand même notre intérêt (le cocktail quasi parfait pour ce genre de manga). Comme d’habitude, Oku en profite pour traiter des sujets de société ou des tabous japonais :

  • Relation avec des mineurs
  • Influence d’internet
  • Situation instable des JAV
  • Jeunesse paumée

Le tout saupoudré (pour le moment) d’un fond de SF pré-apocalyptique où tu te doutes bien qu’à tout moment, le manga peut basculer dans le WTF le plus total en amplifiant n’importe quel axe clef du manga d’Oku à savoir :

  • La violence
  • Les relations homme-femme
  • La SF

Un mot pour finir

Pour l’instant seul le premier tome est sortie, il est donc trop tôt pour donner un avis tranché sur Gigant, même si le démarrage est plutôt bon, le coup de crayon d’Oku est toujours bien là, le plot de l’histoire te fait enchaîner rapidement les planches toutefois, je m’inquiète un peu du syndrome Gantz. Car oui Gantz est un très bon manga enfin surtout le début car après (la deuxième partie essentiellement) c’est un concentré de grand n’importe quoi où tu sentais que le mangaka savait plus trop par quel bout prendre son manga et surtout le finir une bonne fois pour toute.

Autre souci égalent sur la trame scénaristique car on oscille quand même fortement entre de la love story (clairement la partie osef pour moi perso) et la partie suspense / SF (qui est assez intéressante et mérite donc d’être creusé)

En résumé

GIGANT (2018 – Seinen – Big Comic Superior – bi mensuel – série en cours)

No Comment

Laisser un commentaire